Histoire

Présentation

Le Village de St Laurent d’Onay est une commune en France qui se situe dans la région Auvergne-Rhône-Alpes plus précisément en Drôme avec une superficie de 6,28 km2

Saint-Laurent-d’Onay est situé à 19 km au Nord de Romans-sur-Isère  à 30 km à l’Est de Saint-Vallier et à 30 km au Nord-est de Tain-l’Hermitage.

Les communes limitrophes sont Miribel, Saint Michel Sur Savasse, Le Chalon, Crépol et Saint-Bonnet-de-Valclérieux.

 

 

L’histoire de St Laurent d’Onay

  • Le changement de nom

Le village s’est appelé jusqu’au 14 mai 1920 du seul nom d’Onay.

Il existait une commune homonyme de celle d’Onay en Haute-Saône. Pour des raisons de communication à la demande des ministres du commerce et de l’intérieur, le conseil municipal réuni le 16 juin 1918 décide de désigner désormais la commune d’Onay sous le nom de Onay-Saint Laurent.

Le 14 mai 1920, suite à la parution au journal officiel, la commune prend le nom de St Laurent d’Onay.

Source : délibération du conseil du 16 juin 1918.

St Laurent est le titre d’une chapelle sur la route de Crépol où se trouvait un couvent.

 

  • Modifications église et cimetière

Cimetière :

1886 : Projet de transfert du cimetière qui était attenant à l’eglise pour les raisons suivantes :

–        Inhumations rendues difficiles à cause de l’humidité.

–        Surface trop restreinte

–        Cimetière trop près des maisons

1904 : Construction du cimetière actuel.

Eglise :

1893 : Projet de restauration de l’église, avec recherche de financement.

1897 : Restauration de l’église :

–        La charpente a été surélevée.

–        La voûte a été modifiée

–        Les tuiles ont été changées

Source : archive de la commune

 

  • Quelques précisions

Avant 1790, Onay était une communauté de l’élection et subdélégation de Romans et du baillage de St Marcellin, formant une paroisse du diocèse de vienne dont l’église était sous le vocable de St Martin.

Au point de vue féodal, Onay était probablement une des deux maisons ou fiefs dont se composait au XIII° siècles, la terre de Miribel.

En 1790, cette communauté forma conjointement avec Miribel, une municipalité du canton de Montmiral. La réorganisation de l’administration en l’an VIII (1800), par Bonaparte en a fait une commune distincte du canton de Romans.

Source : dictionnaire topographique et historique de la Drome – Brun Durand –